• Faites une recherche sur ce site
  • « Fin de la première étape du Grenelle de l'Environnement | Accueil | Dominique Strauss-Kahn, Directeur général du FMI »

    Commentaires

    Pelenc jean marc

    Michel, cher camarade,
    ..triste, si triste et mélancolique ce jour, tout comme toi
    tu évoques avec simplicité et émotion la disparition de René Desmaison..j'habiteCadenet (vaucluse), René y avait une belle maison, au pied des vignes..bizarerie de la vie, René , en 76, m'avait dédicacé son livre "342 heures des les grandes Jorasses", je l'ai croisé souvent par ici..mauvais lieu, mauvais présage..à la pharmacie du village, chez Jacques (un camarade)..je grimpe, fais de la montagne..vite, si vite (trop vite?) nous avions parlé de ce qui nous était arrivés avec mes 2 amis guides (M Cormier/J Annequin) en 95 sur l'Ama Dablam, au Népal..pas envie de lui faire parler de 1971, mais d'évoquer, oui, Parragot, Flematti..René en somme..merci de tes mots, ils lui ressemblent.
    "cette montagne cruelle, idole sans pitié, mérite t elle tant d'amour et de chagrin?" R.D
    jean marc, en sympathie, bien cordialement,
    ex SF à l'agriculture, membre de la CNAR, Fédération de Vaucluse,
    puissions nous, au PS, vite, très vite, être aussi comabatifs, dignes, humbles et surtout..solidaires..que le fut René dans ses montagnes...(l'image vaut ce qu'elle vaut, le parallèle est un peu court..je reconnais,trop triste décidément, pas trop le moral,mais tellement envie que "nous" avancions face aux abjectes et pathétiques situations que ce gouvernement nous fait subire..merci à ta façon d'y contribuer chaque jour, avec autant de conviction)

    Philou

    Ce 11 janvier 2007, et à défaut d'y lire un article de ta part sur ce sujet, parce que tes jours sont bien remplis, je poste ici, sur ton blog, Michel, un commentaire venant saluer la mémoire de Sir Edmund Hillary, qui avec son sherpa Tenzing, je crois, est devenu le premier himalayiste sur le toît du monde, et qui désormais nous contemple depuis le firmament, ou depuis ces sommets si son souvenir y demeure vivant et présent.

    Ajoutons juste que là où tant, qui se croient grands, gesticulent pour essayer de se donner de l'importance, en s'imaginant passer à la postérité lorsqu'ils envahissent surtout les vitrines éphémères d'une célébrité futile et grossirement passagère, il est des hommes qui resteront, parmi ceux que l'on nomme cependant des conquérants de l'inutile, bien plus durablement des exemples pour ceux qui connaissent la valeur de l'effort et la force de la volonté nécessaire, pour réussir une course qui n'est pas celle du pouvoir, mais une école de la vie, un accès au savoir: savoir montrer la voie, savoir partager ce que l'on aime et que l'on respecte, savoir reconnaître et guider ses pas vers ce qui est immuablement durable, et en toute modestie, être et demeurer un citoyen du monde.

    Philou

    L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.